Je ne suis pas une cible pour les fraudeurs

2015 a été une année marquée par le développement exponentiel des fraudes en entreprise avec environ 800 faits de fraudes ou de tentatives de fraude relevés en France ; et les informations disponibles sur le premier semestre 2016 ne font que confirmer cette tendance !

Ce qui est frappant, dans les cas révélés, est l’absence de point commun entre les entreprises victimes : que ce soit la géographie, le secteur, ou la taille … toutes les organisations sont des cibles potentielles. Même l’Elysée a subit une tentative de fraude, déjouée tout de même ! La situation devient cocasse  lorsque les entreprises dont le métier est le conseil en sécurité ou l’activité principale la défense, sont elles mêmes victimes de tentatives. Plus personne n’est à l’abri, et c’est bien là que réside le vrai danger !

Je ne suis pas une cible pour les fraudeursEn effet, combien de foyers se sont équipés d’une alarme antivol juste après avoir été cambriolés ? Dès lors que nous n’avons pas été directement touchés, l’aversion au risque est faible. Mais parce que les entreprises ne peuvent pas réagir comme un individu, compte tenu des enjeux financiers et de la responsabilité sociale qu’elles ont vis-à-vis de leurs partenaires et employés, il est indispensable d’anticiper et de se prémunir contre le risque de fraude. Et pour bien appréhender le sujet, il est essentiel de le traiter de la façon la plus transverse qui soit ; car sécuriser une partie de son environnement ou d’un processus de son entreprise n’aura que peu d’effet.

Dans le cadre de la gestion des paiements en faveur de tiers – un des processus les plus critiques au sein de l’entreprise – Kyriba suggère une approche transverse qui repose sur trois axes : la sécurité des données et des plates-formes, la sécurité liée aux accès des applications et aux spécificités des métiers couverts ; et enfin, la sécurité des échanges entre l’entreprise et ses partenaires bancaires notamment. Sur ces 3 axes complémentaires, Kyriba offre les plus hauts niveaux de sécurité.

Comme les particuliers, n’attendez pas de subir un ‘cambriolage’ pour évaluer la possibilité de sécuriser vos  paiements tiers et éviter la mise en péril de cette entreprise des Deux-Sèvres

 

Date: 
16 juin 2016