Paiements en temps réel, fraude en temps réel

By Bob Stark, Global Head of Market Strategy octobre 28, 2021

Les technologies de paiement en temps réel continuent de prendre de l’ampleur tout comme les préoccupations liées au risque accru de fraude aux paiements. Les mécanismes de paiements traditionnels sont actifs le même jour ou sur une période de quelques jours après l’envoi des paiements depuis les plateformes de trésorerie ou ERP. Avec les paiements en temps réel qui s’opèrent instantanément, une fois le paiement envoyé, les fonds sont immédiatement transférés et remis au bénéficiaire en temps réel.

Bien que les paiements B2B instantanés présentent de nombreux avantages, la possibilité de récupérer des paiements non autorisés ou frauduleux après leur envoi est de plus en plus difficile, voire impossible. Les paiements instantanés étaient initialement limités aux transactions inférieures à 25 000 USD, cependant aujourd’hui, ces limites augmentent, les systèmes de paiement instantanés deviennent compétitifs face aux autres paiements de contrepartie rapides. Par exemple, NACHA same Day ACH aux États-Unis a récemment proposé des augmentations allant jusqu’à 1 million USD.

L’augmentation des limites accroît également l’exposition au risque des directeurs financiers, les équipes financières doivent vérifier deux ou trois fois les paiements instantanés sortants pour s’assurer qu’ils sont corrects. En théorie, c’est une excellente solution. En réalité, pour la plupart des entreprises, le volume de paiements et de données à « revérifier » dépasse la capacité d’un FTE à vérifier tous les aspects du paiement en termes de conformité et de respect des règles internes. Par exemple, pour une organisation de taille moyenne, qui gère 100 paiements par cycle de paiement avec en moyenne 2 à 3 minutes de vérification supplémentaire par paiement, cela ajouterait jusqu’à 5 heures de temps de traitement supplémentaire pour l’ensemble du lot. Pour un tel processus commençant tôt le matin et pouvant être envoyé en milieu d’après-midi, le timing est acceptable. Malheureusement, la plupart des cycles ont plus de 100 paiements. Et, si l’on parle de paiements en temps réel, le processus devient tout sauf instantané.

La technologie peut alléger cette charge.

1.Digitalisation. Commençons par numériser la politique de paiement, en prenant les règles et les limites qui doivent être vérifiées et en les transformant en points de contrôle digitaux. Par exemple :

                a.Le compte bancaire de destination se trouve-t-il dans un pays dans lequel nous exerçons nos activités ?

               b. Le compte bancaire a-t-il été récemment mis à jour ?

               c. S’agit-il d’un paiement récurrent régulier, hors cycle et/ou d’un montant différent de la normale ?

Heureusement, ces scénarios et bien d’autres peuvent être entièrement automatisés dans le workflow digital du parcours de paiement.

2. Intelligence artificielle (IA). Il est également important de comparer une demande de paiement sortant avec des modèles de paiement historiques. Il s’agit moins de cocher des cases pour la conformité à la politique interne que de se demander « s’il s’agit de notre type de paiement habituel ? » L’IA est idéale pour ces cas, car les algorithmes de machine learning s’appuient sur les données structurées de l’historique des paiements, puis identifie les anomalies des paiements pour un examen plus approfondi. Les applications de machine learning sont généralement intégrées à votre logiciel de paiement ; autre cas, elles peuvent être délivrées via un tiers et intégrées via l’API.

3. Interfaces de programmation d’applications (API). La vérification des paiements avec les données de tiers est une exigence importante en matière d’audit des paiements. Cela peut inclure la vérification de la liste des sanctions, comme l’OFAC aux États-Unis, ou la vérification de la propriété du compte bancaire pour s’assurer que vous payez effectivement le bon fournisseur. Les API intégrées à votre plate-forme de paiement sont essentielles pour garantir un accès en temps réel à ces données tierces, ainsi qu’une correspondance et une gestion des exceptions en temps réel. Seuls les paiements en anomalie sont signalés et automatiquement mis de côté pour un examen plus approfondi, tandis que le flux du reste de vos paiements instantanés est ininterrompu.

4. Visualisation. Enfin, la visualisation des données est essentielle pour identifier et gérer les exceptions afin que même les paiements mis en quarantaine puissent être facilement examinés et effacés afin de minimiser les retards pour les paiements légitimes. Les applications de trésorerie et de hub de paiement intégrées à l’ERP offrent des outils de veille et des tableaux de bord intégrés sans avoir à effectuer de codage ou d’interfaçage personnalisé.

Les paiements instantanés offrent d’énormes avantages aux organisations qui cherchent à accélérer les paiements nationaux et, dans un avenir proche, transfrontaliers. Les directeurs financiers sont de plus en plus intéressés, et pour cause.

Pour garantir un parcours de paiement instantané sécurisé, les DSI et les DAF exigent une gouvernance des paiements en temps réel pour lutter contre le risque accru de fraude aux paiements pour les paiements instantanés. Ces contrôles doivent être appliqués à tous les paiements d’entreprise, y compris les paiements en temps réel. Cela renforce la lutte contre la fraude aux paiements. Les directeurs financiers signalent une augmentation de 40 % des tentatives de fraude aux paiements au cours de la seule année écoulée, toute technologie qui augmente la résilience est une victoire pour les directeurs financiers et la gouvernance interne.

img
Enterprise Liquidity

Faites évoluer la gestion de vos liquidités pour en faire un vecteur de croissance et de création de valeur.

Découvrir comment