Le point de vue du directeur financier : La fin du grand stratège. Le temps des opérateurs informés

Août 7, 2018
Michael Dinkins


« Nous pourrons exploiter le potentiel incroyable de notre époque seulement si nous créons des voies de convergence permettant à TOUT le monde de participer. »

Robert F. Smith
Fondateur, Vista Equity Partners

Certains professionnels et entreprises de la finance adoptent rapidement et avec enthousiasme de nouvelles technologies et solutions. Mais pour de nombreuses raisons, d’autres sont découragés par deux obstacles majeurs : les ajustements internes et les changements coûteux. Pourtant, lorsque l’on examine le coût supporté dans l’attente d’un système de fonctionnement plus efficace et les conséquences négatives d’une résistance au changement, on s’aperçoit que les résultats sont désastreux.

Dans l’environnement actuel, l’attente représente une entrave coûteuse alors que des outils modernes génèrent du profit pour vos concurrents. Elle pose particulièrement problème lorsque les performances, la communication interne et les rapports financiers se détériorent à cause de moyens technologiques inadéquats. S’accrocher à des plates-formes et des logiciels obsolètes met l’entreprise, ses associés et ses actionnaires en situation de handicap concurrentiel qui risque de durer.

En tant que directeurs financiers, nous savons comment marchent les affaires. Nous gérons avec soin notre flux de trésorerie, nos opportunités et nos risques, et nous surveillons le marché et nos concurrents. Lorsque les concurrents obtiennent un avantage durable ou lorsque des opportunités ou des changements de marché commencent à émerger, nous savons qu’il est temps de fournir des informations financières capables d’orienter les PDG et les conseils d’administration vers la bonne décision.

Facilitez-vous ou freinez-vous les performances ?

Une chose que j’ai constatée dans de nombreuses entreprises et différents secteurs est la preuve incontestable que les technologies modernes sont capables d’offrir clarté et intelligence en temps réel. Les directeurs financiers doivent faire la lumière sur les informations nécessaires à la prise de décision, ce qui représente un exercice difficile en l’absence de données sur demande rapidement analysées et partagées. Ce que les directeurs financiers modernes doivent fournir, comme je l’ai indiqué dans des articles précédents, c’est une compréhension claire et précise de leur position de trésorerie. Pour les directeurs financiers qui continuent à travailler à l’aveugle, le plus grand danger est de devenir un problème dont la direction devra s’occuper. Ces outils ne sont pas un luxe. Ils sont devenus une nécessité, un coût essentiel pour faire des affaires.

Par exemple, les nouvelles lois fiscales mettent davantage l’accent sur la gestion efficace du fonds de roulement en raison de la déduction réduite des charges d’intérêt. Pour les entreprises très endettées ou celles ayant des acquisitions en vue, les directeurs et les actionnaires se concentreront sur la quantité des charges d’intérêt qui seront ou pas déductibles d’impôt. Ils demanderont au responsable financier de mettre au point un plan capable de répondre à cette question au plus vite. Il s’agit seulement d’un défi qui accentue le besoin d’améliorer le flux de trésorerie et cela requiert des informations en temps réel dans un format permettant une meilleure exécution. Le but est de développer une capacité à assurer que les objectifs sont atteints au fur et à mesure, et non de manière rétrospective.

Faciliter l’accès aux informations utiles

« Désormais, il ne suffit plus d’avoir une personne qui apprend pour l’entreprise, un Ford, un Sloan ou un Watson. Il n’est simplement plus possible de « trouver une solution » au sommet tandis que tous les autres suivent les ordres du « grand stratège ». Les entreprises qui excelleront véritablement à l’avenir sont celles qui découvriront comment tirer parti de l’engagement des gens et de leur capacité d’apprentissage à tous les niveaux de l’entreprise. »

Peter Senge
The Fifth Discipline

C’est vrai. Il fut un temps où le rôle des directeurs financiers était de donner un sens aux informations financières en se rendant aux réunions du conseil et du personnel avec des dossiers financiers détaillés décrivant le lieu, le pourquoi et les chiffres des performances, puis en abordant une liste d’actions. C’est le modèle du « grand stratège ». Aujourd’hui, dans de nombreuses entreprises internationales prospères, un modèle de fonctionnement différent a été mis en œuvre et affiné, et constitue désormais la norme. Il s’agit d’un modèle où les équipes financières ont accès aux informations en temps réel, au moyen de la visualisation des données, de la veille stratégique et d’autres types de rapports, et savent quotidiennement si elles atteignent leurs objectifs de mesure.

La conclusion est la suivante : Votre entreprise ou organisation financière possède ces outils et ces capacités, ou vous êtes en train de les mettre en œuvre. Sinon, vous nuisez aux performances de votre entreprise. Pour éviter ce problème, formez une équipe et développez la capacité nécessaire à votre entreprise pour rivaliser de façon efficace dans l’environnement actuel. La technologie et les processus existent déjà. Ils sont authentiques, testés et de plus en plus robustes.

Pour ceux d’entre nous qui savent comment les affaires fonctionnent aujourd’hui, nous connaissons également la valeur et l’importance d’agir en tant qu’équipe bien informée. Le temps et les évolutions continueront à modifier notre façon de fonctionner, mais une chose est intemporelle. Comme l’a dit Harry Truman : « c’est étonnant ce que l’on peut accomplir s’il nous est égal de voir qui s’en verra attribuer le mérite ». Le succès sera toujours un accomplissement partagé nécessitant des tâches partagées pour y parvenir. Tout est plus facile avec les bons outils.