Les open-APIs, le nerf de la guerre des applications financières ?

By Félix Grévy, VP Open API & Connectivité, Kyriba février 8, 2022

Les APIs (Application Programing Interface) ne sont pas simplement des composants techniques qui permettent l’échange d’informations entre logiciels différents. Elles sont de véritables « outils à générer de la valeur ajoutée ». En matière de gestion financière, elles sont désormais présentes dans toutes les fonctionnalités et révolutionnent les services aux trésoriers et aux gestionnaires des entreprises. 

Les APIs sont un protocole de communication applicatif qui facilite l’échange de données entre plusieurs systèmes. On en trouve aussi bien dans les systèmes de gestion de trésorerie, que les front offices ou les ERPs. C’est une façon simple et rapide de communiquer. Pour les trésoriers, c’est un outil qui permet de communiquer avec les plateformes bancaires et d’intégrer des data.

Souvent l’intégration entre systèmes est faite en mode fichier (BATCH): des fichiers générés par un système A sont reçus et intégrés par un système B. Ce fonctionnement permet au trésorier d’obtenir des informations concernant les comptes en banque, et les factures à payer ou à encaisser dans le futur par exemple.

L’enjeux des open-APIs pour la gestion des liquidités

Pour pouvoir réagir de façon adéquate face aux aléas de marchés, les entreprises ont besoin de voir la balance en temps réel pour pouvoir investir leurs excès de trésorerie sur les supports d’investissement intra-day. Dans un système financier où chaque seconde compte, la visibilité en temps réel sur les ressources de liquidité est une notion critique. Encore faut-il connaître le montant exact des liquidités et leur disponibilité en temps réel, ce qui nécessite une totale simultanéité entre les nombreux systèmes concernés.

Si les APIs classiques sont connues pour être des outils apportant des informations temps-réel, les entreprises ont tardé à les utiliser car elles sont généralement propriétaires et que leur documentation n’est pas facile d’accès. Elles nécessitent la mise en œuvre de projet avec des compétences très précises, et des efforts de maintenance important, préférant ainsi le recours à des solution fichier.

Grâce à internet, les APIs sont aujourd’hui accessibles sur n’importe quelle plateforme. Utilisées par de plus en plus d’acteurs, elles s’industrialisent. Leur description se normalise tandis que leurs spécifications se standardise au travers de documentation publiques et du populaire protocoles http, et utilisable dans n’importe quel langage (Java, Javascript, python, C++…) ou outil d’orchestration. Afin de faciliter leur adoption, les fournisseurs d’API mettent à disposition des développeurs des zones d’expérimentation (bacs à sable / sandbox) pour pouvoir les tester. Plus ouvertes, elles ne sont plus réservées aux initiés et sont utilisées par un plus grand nombres d’acteur, ainsi, on qualifie ces dernières d’Open API, elles concourt à accélérer la circulation d’information.

Le temps réel est désormais clé pour les trésoriers. Il leur permet de payer un fournisseur, d’investir ou d’organiser des transferts d’argents entre filiales pour des clients internationaux. Il leur permet aussi d’observer les évolutions de leur flux de Receivable et de Payable en complément de rapports de rapprochement issus des clôtures fournies par la comptabilité. Cette nouvelle pratique leur permet de construire des tableaux de bords dynamiques synchronisés avec les évolutions des marchés financiers réels et de tendre vers la simultanéité.

Les open-APIs : une nouvelle ère pour les fournisseurs de service

La démocratisation de l’utilisation des open-APIs permet aujourd’hui aux éditeurs de créer de nouveaux services.

Pour les trésoriers, ces services prennent la forme de modules ou d’applications qui viennent enrichir la chaîne de valeur de gestion des liquidités. Par exemple, un tableau de bord des Receivable et des Payable mises à jour en temps réel ou des applications permettant l’identification en temps réel de l’identité bancaire de nouveaux prestataires afin d’identifier instantanément les fraudeurs.

Les banques adoptent aussi volontiers ces nouvelles technologies pour leurs offres de gestion de comptes d’entreprise, grâce à l’expérience acquise lors de la mise en place des standard DSP2 et open-banking pour le grand public en Europe et en Grande Bretagne. Elles leur permettent aussi bien d’investir vers des marchés financiers que de proposer de nouveaux services, comme l’agrégation des différents comptes en banques ou le virement immédiat.

Les champs d’application sont infinis. Nous n’en sommes qu’aux débuts. Chez Kyriba, notre volonté vise à démocratiser notre système selon les besoins de chaque client, voire qu’il puisse mandater une entreprise tierce pour exploiter notre plateforme, même si cette dernière n’est pas cliente de Kyriba. 

Une avancée majeure qui a vu le jour au deuxième semestre 2021 sous la forme d’un portail de développement (https://developer.kyriba.com) dont les apps sont commercialisée sur la marketplace.

img
Enterprise Liquidity

Faites évoluer la gestion de vos liquidités pour en faire un vecteur de croissance et de création de valeur.

Découvrir comment