La visibilité est la clé d’une culture de la trésorerie efficace

Juillet 5, 2018
Erik Bratt
CFO Perspective: cash culture

Note de la rédaction : Pour cet article de notre série de blogs en plusieurs parties présentant les directeurs financiers qui tirent parti de la trésorerie pour entraîner un changement stratégique au sein de leurs organisations, nous nous intéressons à Philippe Sanchez, directeur financier chez Exclusive Group, un groupe spécialisé dans les services et technologies à valeur ajoutée (VAST). Philippe explique les raisons pour lesquelles la visibilité est essentielle pour une culture de la trésorerie efficace et qu’un bon système de gestion de la trésorerie peut donner lieu à une communication inter-organisationnelle, permettant ainsi au service trésorerie de voir clairement la santé, la sécurité et l’efficacité des activités de gestion de la trésorerie d’une organisation. Ses commentaires proviennent de son profil dans le nouvel e-book de Kyriba, « Le point de vue du directeur financier : la valeur stratégique de la trésorerie » qui met en lumière plus d’une douzaine de directeurs financiers et de consultants experts en trésorerie de chez Accenture et KPMG. Bonne lecture !

« La valeur du département de trésorerie repose sur la capacité à mobiliser et à coordonner les équipes et les filiales autour de la culture de la trésorerie, déclare Philippe Sanchez, directeur financier chez Exclusive Group. L’efficacité ne se résume pas au système que vous utilisez. Il s’agit de créer un changement qui, grâce à une technologie efficace, promeut une culture de la trésorerie dans toute l’organisation. » Bien sûr, lorsque Philippe Sanchez parle de « culture de la trésorerie », il sous-entend la gestion des prévisions de trésorerie, des relevés de flux et d’autres méthodologies spécifiques à la trésorerie. Exclusive Group est une organisation mondiale basée à Paris, qui possède des filiales en Europe et en Asie, et utilise 20 devises différentes. La gestion d’une culture de la trésorerie n’est donc pas une mince affaire pour cette organisation. « Grâce au département de trésorerie, nous pouvons automatiser ces processus, ce qui contribue à optimiser les liquidités à court terme. »

Article associé : Flux de trésorerie disponibles : lutter contre la culture de l’accumulation de liquidités

Enfin, Philippe Sanchez indique qu’un « système de gestion de trésorerie améliore l’efficacité, la visibilité et les contrôles opérationnels dans le cadre des opérations de recouvrement ». Il ajoute également que l’efficacité réside en partie dans la mise en place de la technologie appropriée. « C’est pourquoi nous avons choisi Kyriba. Leur solution contribuera à la visibilité des flux de trésorerie en temps réel, car lorsque vous parlez de trésorerie, vous ne parlez pas des flux de trésorerie au cours d’une année. Dans notre entreprise, nous voulons plutôt savoir ce qui se passera dans les prochaines semaines ou les prochains jours. »

« Enfin, le TMS nous rassure en termes de sécurité et de paiement sécurisé, déclare Philippe Sanchez. Nous sommes conscients des risques, il est donc logique de sécuriser nos propres transactions. » Pour résumer, Philippe Sanchez affirme que « la mesure de l’efficacité repose sur deux choses : créer des projets pouvant être identifiés et partagés avec tous les pays et toutes les équipes, et pas seulement avec les équipes de trésorerie. La gestion est assurée par la trésorerie groupe, mais les départements des achats, des ventes et autres y participent également. L’efficacité repose alors sur ces résultats. »

Pour lire le reste de l’interview de Philippe Sanchez, ainsi que les points de vue de neuf autres directeurs financiers, téléchargez notre nouvel eBook.